Très rare , des photos de vétérans de la guerre Napoléonienne - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

information en direct France , Internationale , Europe , Terrorisme , Présidentielle ,Tafta , Ceta

Actualités Nationales, Internationales Européennes 2019 Économie, Presidentielle 2018 ,finance, guerre, politique , Terrorisme ,Tafta, Ceta les articles les plus importants du web

information en direct France , Internationale , Europe , Terrorisme , Présidentielle  ,Tafta , Ceta

Très rare , des photos de vétérans de la guerre Napoléonienne

Très rare , des photos de vétérans de la guerre Napoléonienne

La Grande Armée était le nom donné à l’armée impériale de Napoléon Ier entre 1805 et 1807 puis entre 1811 et 1814 et enfin pendant l’épisode des Cent-Jours en 1815. Elle atteignit un maximum de 600 000 hommes en 1812, au départ de l’invasion de la Russie. Cette armée était véritablement « européenne » car elle comprenait :

À l’exception des Autrichiens, des Polonais et des Prussiens, les divers contingents étaient sous commandement de généraux et de maréchaux français.

Pour l anecdote : presque tous les Vétérans vécurent plus de 90 ans et beaucoup atteignirent plus de 100 ans !

 Gerrit (Geert) ADRIAANS (21-09-1788 / 03-02-1899, 110 ans) : A ce stade de nos recherches, il est l'avant dernier combattant survivant des guerres napoléoniennes. Il est aujourd'hui connu pour être un des tous premiers supercentenaires (+110 ans). Il est né et décédé à Groningen, en Hollande. Son père était capitaine de bateau ; des sources lui prètent un temps cette activité. Son engagement dans l'Armée napoléonienne ne fait aucun : il fut décoré de la médaille de Saint-Hélène, il était garde tambour au 33ème Régiment Léger (d'où le terme de Boomgaard, qu'on trouve très souvent accolé à son nom). Il se maria le 4 mars 1818 avec Stijntje Bus ; après le décès de cette dernière il se remaria le 17 mars 1831 avec Grietje Abels Jonker.

Gerrit (Geert) ADRIAANS (21-09-1788 / 03-02-1899, 110 ans) : A ce stade de nos recherches, il est l'avant dernier combattant survivant des guerres napoléoniennes. Il est aujourd'hui connu pour être un des tous premiers supercentenaires (+110 ans). Il est né et décédé à Groningen, en Hollande. Son père était capitaine de bateau ; des sources lui prètent un temps cette activité. Son engagement dans l'Armée napoléonienne ne fait aucun : il fut décoré de la médaille de Saint-Hélène, il était garde tambour au 33ème Régiment Léger (d'où le terme de Boomgaard, qu'on trouve très souvent accolé à son nom). Il se maria le 4 mars 1818 avec Stijntje Bus ; après le décès de cette dernière il se remaria le 17 mars 1831 avec Grietje Abels Jonker.

M. Dreuse, 2ième Cavallerie Légère 1813-14

M. Dreuse, 2ième Cavallerie Légère 1813-14

- Louis-Victor BAILLOT (09-04-1793 / 03-02-1898, 104 ans) : Carisey (Yonne) ; il était considéré en son temps comme le dernier des survivants de Waterloo . Soldat au 105e RI de ligne de 1812 à 1816. Il participe au siège d'Hambourg et à la bataille de Waterloo (il racontait avoir vu Napoléon Ier passer devant le front des troupes peu avant la bataille). En captivité en Angleterre jusqu'en 1816, il est réformé pour raison de santé à son retour en France. Il est à ce stade de nos recherches l'ultime soldat français de la Grande Armée.

- Louis-Victor BAILLOT (09-04-1793 / 03-02-1898, 104 ans) : Carisey (Yonne) ; il était considéré en son temps comme le dernier des survivants de Waterloo . Soldat au 105e RI de ligne de 1812 à 1816. Il participe au siège d'Hambourg et à la bataille de Waterloo (il racontait avoir vu Napoléon Ier passer devant le front des troupes peu avant la bataille). En captivité en Angleterre jusqu'en 1816, il est réformé pour raison de santé à son retour en France. Il est à ce stade de nos recherches l'ultime soldat français de la Grande Armée.

- Emile MELLINET (01-06-1798 / 20-01-1894, 95 ans) : né et décédé à Nantes (44). Simple soldat en 1813, il passe sous-lieutenant au 88e de ligne le 25 février 1814 et participe à la défense de Paris (30 mars 1814). Mellinet effectue la campagne de Belgique (1815) avec le 96e de ligne, combat à Waterloo le 18 juin 1815. Sa carrière militaire est des plus remarquables : promu général de division le 22 juin 1855, il était grand-croix dans l'ordre de la Légion d'honneur (17 juin 1859).

- Emile MELLINET (01-06-1798 / 20-01-1894, 95 ans) : né et décédé à Nantes (44). Simple soldat en 1813, il passe sous-lieutenant au 88e de ligne le 25 février 1814 et participe à la défense de Paris (30 mars 1814). Mellinet effectue la campagne de Belgique (1815) avec le 96e de ligne, combat à Waterloo le 18 juin 1815. Sa carrière militaire est des plus remarquables : promu général de division le 22 juin 1855, il était grand-croix dans l'ordre de la Légion d'honneur (17 juin 1859).

M. Ducel, Mamelouk de la Garde, 1813-1815

M. Ducel, Mamelouk de la Garde, 1813-1815

- Sir Provo William PERRY WALLIS  (12-05-1791 / 13-02-1892, 101 ans) : né à Halifax (Canada), il décède à Funtington (Angleterre). Il entre dans la marine britannique à 12 ans en 1804. En 1810, il participe comme lieutenant à la prise de la Guadeloupe au français. Dès 1812, il combat contre les américains. Il effectue une des plus belles carrières militaires de la marine royale britannique : il termine amiral de la flotte le 11 décembre 1877.

- Sir Provo William PERRY WALLIS (12-05-1791 / 13-02-1892, 101 ans) : né à Halifax (Canada), il décède à Funtington (Angleterre). Il entre dans la marine britannique à 12 ans en 1804. En 1810, il participe comme lieutenant à la prise de la Guadeloupe au français. Dès 1812, il combat contre les américains. Il effectue une des plus belles carrières militaires de la marine royale britannique : il termine amiral de la flotte le 11 décembre 1877.

M. Dupont, Fourier, 1er Hussard

M. Dupont, Fourier, 1er Hussard

M. Lefebvre, Sergent, 2ième Régiment de Génie, 1815

M. Lefebvre, Sergent, 2ième Régiment de Génie, 1815

M. Loria, 24ième Régiment des Chasseurs

M. Loria, 24ième Régiment des Chasseurs

M. Maire, 7ième Hussard, 1809-15

M. Maire, 7ième Hussard, 1809-15

M. Mauban, 8ième Régiment des Dragons, 1815

M. Mauban, 8ième Régiment des Dragons, 1815

M. Moret, 2ième Régiment, 1814-15

M. Moret, 2ième Régiment, 1814-15

M. Schmit, 2ième Régiment des Chasseurs, 1813-14

M. Schmit, 2ième Régiment des Chasseurs, 1813-14

M. Verlinde, 2ième des Lanciers, 1815

M. Verlinde, 2ième des Lanciers, 1815

M. Vitry, Garde Départementale

M. Vitry, Garde Départementale

Quartier Maître Fabry, 1er Husssard

Quartier Maître Fabry, 1er Husssard

Sergeant Delignon, Chasseur de la Garde, 1809-1815

Sergeant Delignon, Chasseur de la Garde, 1809-1815

Sergent Taria, Grenadier de la Garde, 1809-1815

Sergent Taria, Grenadier de la Garde, 1809-1815

- Etienne Fragile LEGENDRE (27-10-1788 / 10-03-1890, 101 ans) : Né et décédé à Poses (Eure).

- Etienne Fragile LEGENDRE (27-10-1788 / 10-03-1890, 101 ans) : Né et décédé à Poses (Eure).

- Louis Joseph KAESS (19-03-1790 / 02-02-1889, 98 ans) : Ribeauvillé (Alsace) ; [lien]. Conscrit en 1810, il participe, comme voltigeur, aux campagnes de 1810 à 1815. Ses affectations furent : 95e de Ligne, puis 130e de Ligne, puis 3e compagnie 3e bataillon.

- Louis Joseph KAESS (19-03-1790 / 02-02-1889, 98 ans) : Ribeauvillé (Alsace) ; [lien]. Conscrit en 1810, il participe, comme voltigeur, aux campagnes de 1810 à 1815. Ses affectations furent : 95e de Ligne, puis 130e de Ligne, puis 3e compagnie 3e bataillon.

- M. L. J. BRIALMONT (17-02-1789 / 15-04-1885, 96 ans) : de Liège (Belgique). Affectations : soldat au 86e régiment de ligne en sept. 1808, fourrier le 7 mai 1810, sergent au régiment de Belle-Ile (devenu 36e de ligne) le 23 mars 1811, lieutenant le 28 janvier 1813, capitaine aux États-majors d'Italie. Démissionné honorablement le 28 janvier 1816, il avait participé aux campagnes de 1808 et 1811 en Espagne, de 1812 en Russie, de 1813 en Saxe et en Italie, de 1814 en Italie, de 1815 à Waterloo. Il fut blessé : d'un coup de feu à la jambe gauche au siège d'Astorgo, le 28 mars 1810 ; d'un coup de lance à la jambe droite à la bataille de Mailoïaros Lavitz, le 23 octobre 1812 ; de coups de feu au bras gauche et à l'épaule droite, à la bataille de Bautzen, le 21 mai 1813. Chevalier de la légion d'honneur du 7 septembre 1812, il en devient commandeur en 1854. Grand cordon de l'ordre de Léopold en sept. 1878 (haute distinction belge), médaillé de Sainte-Hélène, le lieutenant général Brialmont était le Nestor des officiers de l'armée belge, et le dernier officier belge qui servit dans les rangs de l'armée française.

- M. L. J. BRIALMONT (17-02-1789 / 15-04-1885, 96 ans) : de Liège (Belgique). Affectations : soldat au 86e régiment de ligne en sept. 1808, fourrier le 7 mai 1810, sergent au régiment de Belle-Ile (devenu 36e de ligne) le 23 mars 1811, lieutenant le 28 janvier 1813, capitaine aux États-majors d'Italie. Démissionné honorablement le 28 janvier 1816, il avait participé aux campagnes de 1808 et 1811 en Espagne, de 1812 en Russie, de 1813 en Saxe et en Italie, de 1814 en Italie, de 1815 à Waterloo. Il fut blessé : d'un coup de feu à la jambe gauche au siège d'Astorgo, le 28 mars 1810 ; d'un coup de lance à la jambe droite à la bataille de Mailoïaros Lavitz, le 23 octobre 1812 ; de coups de feu au bras gauche et à l'épaule droite, à la bataille de Bautzen, le 21 mai 1813. Chevalier de la légion d'honneur du 7 septembre 1812, il en devient commandeur en 1854. Grand cordon de l'ordre de Léopold en sept. 1878 (haute distinction belge), médaillé de Sainte-Hélène, le lieutenant général Brialmont était le Nestor des officiers de l'armée belge, et le dernier officier belge qui servit dans les rangs de l'armée française.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article