Macron refuse de rendre son indépendance au parquet malgré la constitution Française , la Dictature En Marche - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

information en direct France , Internationale , Europe , Terrorisme , Présidentielle ,Tafta , Ceta

Actualités Nationales, Internationales Européennes 2019 Économie, Presidentielle 2018 ,finance, guerre, politique , Terrorisme ,Tafta, Ceta les articles les plus importants du web

information en direct France , Internationale , Europe , Terrorisme , Présidentielle  ,Tafta , Ceta

Macron refuse de rendre son indépendance au parquet malgré la constitution Française , la Dictature En Marche

Macron refuse de rendre son  indépendance au parquet malgré la constitution Française , la Dictature En Marche

L'article 64 de la Constitution de la Cinquième République française garantit l'indépendance des magistrats français de l'ordre judiciaire. Cet article est inchangé depuis 1958. Il est complété par la loi organique portant statut de la magistrature1 qui elle a été modifiée de nombreuses fois.

 

« Le Président de la République est garant de l'indépendance de l'autorité judiciaire.

Il est assisté par le Conseil supérieur de la magistrature.

Une loi organique porte statut des magistrats.

Les magistrats du siège sont inamovibles. »

— Article 64 de la Constitution du 4 octobre 19582
 

 

 

La dictature de Macron se met en place avec la complicité de ses acolytes afin de controler la justice, mais aussi les médias, et l'armée. Des événements inquiétants pour l'avenir des Français qui entre en dictature pure et simple 


"Emmanuel Macron a tranché le débat sur l'indépendance de ces magistrats. Lors de l'audience solennelle de rentrée de la Cour de Cassation, lundi 15 janvier, le chef de l'Etat s'est prononcé en faveur du maintien d'une "chaîne hiérarchique" entre les magistrats du parquet et le ministre de la Justice. "Le parquet à la française se doit d'être rattaché à la garde des Sceaux, a déclaré le président. Qui pourrait assurer la politique pénale en autonomie complète ? A la fin tout doit procéder quelque part de la légitimité du peuple."

lire la suite sur france info

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article