Crise dans le transport maritime: Plus de 20% des porte-conteneurs sur la planète sont à l’arrêt - Infos Direct News Politique Terrorisme Finance
Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

information en direct France , Internationale , Europe , Terrorisme , Présidentielle ,Tafta , Ceta

Actualités Nationales, Internationales Européennes 2019 Économie, Presidentielle 2018 ,finance, guerre, politique , Terrorisme ,Tafta, Ceta les articles les plus importants du web

information en direct France , Internationale , Europe , Terrorisme , Présidentielle  ,Tafta , Ceta

Crise dans le transport maritime: Plus de 20% des porte-conteneurs sur la planète sont à l’arrêt

Une flotte entière de navires-fantômes, immobile et sans chargement, ils sont encrés depuis des mois à la sortie du port de Singapour. Des navires presque à l’abandon, ce capitaine de navire de plaisance en voit de plus en plus. « Il y a encore de l’équipage, quand ces bateaux sont arrêtés, il faut juste un peu de personnel pour les surveiller », explique-t-il. Des dizaines de navires à l’ancre, et, comme eux, plus de 20% des portes-conteneurs sur la planète sont en ce moment à l’arrêt, plus assez de marchandises à transporter.

Les compagnies françaises ne sont pas épargnées

Ce tanker a été saisi par la justice: « les propriétaires ne peuvent plus rembourser leurs dettes alors la banque a fait saisir le bateau, on en voit beaucoup dans ce cas », affirme ce capitaine. Une crise à la mesure de ces mastodontes : toujours plus grands et symboles de la mondialisation. Ils ont été commandés par dizaines au début des années 2000, en plein boom des échanges commerciaux.

Une crise du transport maritime qui n’épargne pas la France : CMA CGM, troisième transporteur mondial, affiche des résultats en berne : plus de 100 millions d’euros de pertes au dernier trimestre. La compagnie française assure, elle, aussi avoir mis plusieurs de ces navires à l’arrêt.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article